Le Gluten

 

 

 

Faut-il supprimer le gluten quand on est bien-portant ?

Chère lectrice, cher lecteur,

Lorsque vous voyez un champ de céréales, au bord de la route, savez-vous reconnaître s'il s'agit de blé, d'épeautre, de kamut ou de froment ?

Si oui, vous êtes très fort !

Car en fait, le mot « blé » que nous utilisons couramment, et qui dans notre esprit désigne une céréale qui sert à beaucoup de choses dans notre alimentation (pain, farine, pâtisseries, pâtes…) n'est qu'une appellation générale.

Il n'y a pas d'un côté le blé, de l'autre l'épeautre, le kamut ou le froment. L'épeautre est une sorte de blé, le froment et le kamut d'autres sortes, tout comme le Bourgogne et le Bordeaux sont des sortes de vin.

Si donc vous décidez d'arrêter de manger du blé et que vous choisissez de manger « à la place » de l'épeautre, c'est comme si un alcoolique déclarait qu'il arrête de boire et qu'il remplace désormais le vin par du Beaujolais !

S'y retrouver entre les différents blés

Le terme blé regroupe une dizaine d'espèces différentes.

Leur point commun est qu'elles ont un ancêtre commun, appelé l'engrain sauvage.

L'engrain sauvage a été domestiqué par l'homme à l'époque du Néolithique, il y a un peu plus de 10 000 ans. Il a ensuite été croisé avec d'autres plantes pour donner l'amidonnier, une sorte de blé préhistorique riche en amidon, comme son nom l'indique.

Différentes sortes d'amidonnier ont été sélectionnées pour donner le blé dur, avec lequel on fait les pâtes et le couscous. Le kamut est une autre sorte d'amidonnier sélectionné. Quand il est question, dans la Bible, de Pharaon qui faisait remplir ses greniers de blé, ce sont ces blés qui sont concernés.

L'amidonnier a toutefois été croisé à nouveau avec une autre plante herbacée (c'est-à-dire une plante à la tige tendre, sans bois) pour donner le blé tendre aussi appelé froment, et l'épeautre.

Les gens imaginent souvent que l'épeautre est une variété très ancienne de blé mais ce n'est pas le cas. C'est une des plus récentes. La confusion vient du fait que l'engrain sauvage, qui est un des ancêtres du blé moderne, est aussi appelé parfois « petit épeautre » (alors que cela n'a rien à voir car le « petit épeautre » est un engrain domestiqué et modifié).

L'épeautre est donc, comme le blé tendre (ou froment), une forme moderne de blé, plusieurs fois hybridée. Elle contient en outre beaucoup de gluten. Cela veut dire qu'elle lève bien, mais cela veut aussi dire qu'il ne sert à rien de prendre de l'épeautre si vous cherchez à manger sans gluten…

Les nouveaux blés

Mais l'histoire du blé ne s'est pas arrêtée là.

Dans les années 50 et 60, de nouvelles variétés de blé à haut rendement ont été développées en laboratoire.

Incroyable mais vrai, les espèces actuelles de blé comportent 42 chromosomes, tandis que le blé ancestral, l'engrain sauvage, n'en avait que 14 !

Comme l'explique l'excellent Julien Venesson dans son livre « Gluten, comment le blémoderne nous intoxique », ces blés sont des mutants, avec des conséquences imprévues et inquiétantes, autant sur notre santé que sur l'environnement.

Le blé moderne torture notre intestin

À force d'hybridation et de modifications génétiques, le blé moderne contient désormais quantité de protéines nouvelles que nous sommes incapables d'assimiler.

Mais le problème ne s'arrête pas là.

Ces protéines, qui ne sont pas transformées par notre digestion, passent telles quelles dans l'intestin, et chez certaines personnes génétiquement prédisposées, cela déclenche des inflammations équivalentes à une véritable torture. On parle alors d'intolérance au gluten (ou « maladie cœliaque »), une maladie qui ne touche « que » 1 % de la population.

C'est là que s'arrête le discours officiel, car en réalité, plusieurs études scientifiques récentes ont démontré que le gluten du blé moderne est nocif pour tous les êtres humains, y compris pour les personnes qui ne sont pas intolérantes !

Du blé nocif pour tous les êtres humains

C'est un travail qui vient d'être publié. Il est le fruit d'une collaboration entre des chercheurs de l'hôpital général du Massachusetts, de l'université John Hopkins et de l'université médicale du Maryland (Etats-Unis).

Les chercheurs ont testé l'effet de la consommation de gluten sur 3 groupes de personnes : un groupe de malades cœliaques, un groupe de malades hypersensibles et un groupe en pleine santé. Résultat : dans tous les cas la consommation de blé augmente fortement la perméabilité intestinale en perturbant une hormone intestinale appelée « zonuline ». Et les conséquences de cette perturbation sont terribles.

Non seulement notre intestin souffre et peine à assimiler les nutriments, mais il peut laisser passer dans le flux sanguin certaines protéines qui vont agir dans notre organisme à la façon d'authentiques petits terroristes, déclenchant des maladies auto-immunes et augmentant le risque de cancer.

Parmi ces protéines, les plus connues sont les prolamines et les gluténines. Elles forment une bande organisée terrorisant les populations. Elles sont devenues célèbres dans le grand public sous le nom de « gluten ».

Le gluten est en effet un mélange de prolamines et de gluténines. Ce n'est pas une matière en soi.

Longtemps minimisés par les autorités sanitaires, les dangers du gluten sont aujourd'hui de plus en plus reconnus.

Car nous sommes beaucoup plus nombreux à souffrir d'une hypersensibilité au gluten, qui se manifeste par des symptômes diffus allant de la diarrhée aux ballonnements, à la dépression et aux douleurs articulaires, jusqu'à toutes les formes de maladies.

D'où les effets étonnants d'un régime sans gluten, qui peut non seulement résoudre les problèmes de digestion, mais aussi donner meilleur moral, plus d'énergie, moins de sensibilité aux infections.

Quels sont les effets positifs d'une alimentation sans gluten ?

Si vous n'êtes touché par aucun des symptômes ci-dessus, gardez en tête qu'une alimentation sans gluten est un moyen simple et efficace de conserver un intestin en meilleure santé et de limiter l'apparition de maladies chroniques incurables comme les maladies auto-immunes.

Une étude qui a suivi des adultes en bonne santé pendant un mois a aussi montré une importante diminution de la production de cytokines pro-inflammatoires grâce à un régime sans gluten.

Or, l'inflammation est un facteur majeur de maladies cardiaques, de cancers, de dépression, et de bien d'autres maladies.

Il se pourrait donc bien que l'alimentation sans gluten, ou limitée en gluten, ait également de gros effets positifs sur notre santé. Pourquoi ne pas essayer ?

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

PS : Vous me demandez régulièrement des places pour le programme de cuisine en ligne Se Régaler Sans Lait et Sans Gluten de Benjamin Dariouch. Celui-ci affiche malheureusement COMPLET en ce moment. Vous pouvez vous inscrire sur la liste d'attente pour être tenu au courant en priorité quand des places se libèrent. Cliquez ici pour vous inscrire à la liste d'attente.

PPS : Pour ceux qui veulent en savoir plus sur les problématiques cachées du blé moderne, je recommande le livre de Julien Venesson : « Gluten, comment le blé moderne nous intoxique »

******************************
Publicités :

Contre la désinformation : L'action conjointe de l'Union Européenne et des lobbys de l'industrie pharmaceutique menace les médecines naturelles. Bientôt, non seulement les traitements alternatifs risquent d'être interdits, mais les sources d'information sur les médecines naturelles disparaîtront elles aussi.
Prenez dès aujourd'hui les devants ! Abonnez-vous aux Dossiers de Santé & Nutrition et restez en permanence au courant des dernières découvertes en pointe de la médecine naturelle.
Découvrez les nouveaux traitements que Bruxelles n'a pas encore eu le temps d'interdire en regardant la présentation ici.

Secrets de jeunesse pour une vieillesse heureuse : La médecine anti-âge fait actuellement des progrès étonnants. Vous pouvez en bénéficier en suivant les conseils du Docteur Hertoghe, président de l'Association Mondiale de Médecine Anti-âge. Rendez-vous ici.

******************************



Si vous souhaitez commenter cet article, je vous invite à le faire ici.

******************************

Source :


Hollon J, Puppa EL, Greenwald B, Goldberg E, Guerrerio A, Fasano A. Effect of gliadin on permeability of intestinal biopsy explants from celiac disease patients and patients with non-celiac gluten sensitivity. Nutrients. 2015 Feb 27;7(3):1565-76. doi: 10.3390/nu7031565.

******************************

Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

La Lettre Santé Nature Innovation est un service d'information gratuit de Santé Nature Innovation (SNI Editions).
Pour toute question, rendez-vous ici.

Service courrier : Sercogest, 60 avenue du Général de Gaulle, 92800 Puteaux - France

******************************

les Oméga 3

 

Comprenez-vous quelque chose aux oméga-3 ??

Chère lectrice, cher lecteur,

En essayant de décrypter la page de Wikipédia sur les oméga-3, je me suis dit qu'il était urgent de faire un point à ce sujet. Car les informations disséminées sur Internet sont embrouillées, contradictoires et souvent mensongères.

Soit vous tombez sur des sites sponsorisés par des fabricants de margarine enrichie aux oméga-3 et vous en apprenez autant que lorsque vous regardez une pub à la télévision.

Soit ce sont des sites à prétention scientifique qui défendent le point de vue officiel du ministère de la Santé. Le credo : les compléments alimentaires, ça ne marche pas, rien n'est prouvé sur les oméga-3.

Cette opposition de principe à l'intérêt d'une bonne nutrition est horripilante. D’autant qu'on retrouve ce scepticisme dans la plupart des journaux et magazines. On attire le chaland avec une couverture du style « Peut-on croire aux régimes anticancer ? ». Puis, à l'intérieur, ce n'est que « bof, rien n'est sûr, mangez 5 fruits et légumes par jour, pas de tabac, pas d'alcool et faites du sport ». (Sans oublier l'inévitable encart qui vous explique que faire l'amour permet de brûler autant de calories que 3 minutes de jogging ; merci pour le renseignement, mais je ne suis pas tout à fait certain que cela suffira à prévenir le cancer…).

Dans la mesure où, en 50 ans, l'incidence de nombreuses maladies chroniques graves a été multipliée dans nos sociétés par 50, voire par 100 (sans parler des dépenses de santé…), nous demander de faire confiance au système officiel de santé est insupportable.

On a aujourd'hui des tonnes d'études faites sur les vitamines, les nutriments, les acides gras, etc. On sait que la vitamine D protège du cancer. On sait que l'organisme ne peut pas fabriquer lui-même certains acides gras essentiels. S'il en manque dans votre alimentation, vous êtes carencé.

Aussi inéluctablement qu'une pierre tombe par terre lorsque vous la lâchez, des réactions chimiques ne peuvent plus se faire dans vos cellules, entraînant dans votre organisme des dommages qui conduisent à des maladies graves.

Tout ceci a été documenté encore et encore par une littérature scientifique abondante, et au moins aussi fiable que celle sur laquelle sont décidés les protocoles de la médecine conventionnelle. L'ignorer délibérément cause des centaines de milliers de morts chaque année, sans compter toutes les souffrances qui auraient pu être évitées.

Ce qu'il faut savoir sur les oméga-3

Alors voici ce que vous devez savoir sur les oméga-3 :

Les oméga-3 sont appelés acides gras « essentiels » parce que votre corps ne peut pas les fabriquer lui-même.

Ces substances ont des effets favorables sur la composition des membranes cellulaires ainsi que sur de nombreux processus biochimiques de l'organisme, notamment la régulation de la tension artérielle, l'élasticité des vaisseaux, les réactions immunitaires et anti-inflammatoires, et l'agrégation des plaquettes sanguines.

Il existe deux types d'oméga-3 : l'un vient des plantes, l'autre des animaux.

L'oméga-3 qui vient des plantes s'appelle l'acide alpha-linolénique (AAL). L'AAL est une molécule qui compte 18 atomes de carbone (c'est compliqué mais retenez bien cela car c'est important pour la suite).

Normalement, c'est le seul type d'oméga-3 qui est essentiel à notre survie.

Vous avez plusieurs manières de vous approvisionner en AAL : la première, ce sont les graines de lins. Elles sont très riches en AAL et l'AAL est d'ailleurs nommé d'après le lin puisqu'il s'agit d'acide « alpha-linolénique ».

Vous en trouvez aussi beaucoup dans les huiles végétales comme l'huile de colza et l'huile de noix.

Mais pour que ces oméga-3 soient vraiment bénéfiques, il faut les manger frais, directement tirés des graines. Si vous mangez des graines de lin, la plupart passeront à travers votre système digestif sans être digérées, car leur enveloppe est très dure et elles sont difficiles à mâcher car toutes petites.

Il faut donc les broyer dans un moulin ou un robot juste avant de les manger.

À noter que l'on vend maintenant des œufs enrichis aux oméga-3 car les poules ont été nourries avec des graines de lin. C'est une formule intéressante car ces œufs contiennent en effet 10 fois plus d'AAL que les autres. L'estomac des poules étant plus puissant que le nôtre, elles assimilent plus facilement les oméga-3 des graines de lin. Ils se retrouvent ensuite dans les œufs.

Si vous achetez des huiles végétales industrielles, faites très attention à choisir une huile dite « vierge ». Cela signifie que l’huile a été fabriquée sans chauffer. Car l’un des intérêts des oméga-3 est qu'ils ont des liaisons atomiques doubles (qui leur donnent leur vertus biologiques), mais ces liaisons sont extrêmement fragiles et sensibles à la chaleur. Si elles sont chauffées, elles deviennent alors rances, peuvent être toxiques et n'assurent plus les fonctions bénéfiques à votre santé dont vous avez besoin.

Il est donc important de consommer de l'huile fraîchement fabriquée, et nous avons tous besoin de ces oméga-3 d'origine végétale.

La plupart des experts vous diront que ces oméga-3 végétaux suffisent à votre organisme, mais en réalité ce n'est pas exact.

En effet, votre corps doit ensuite transformer les AAL pour les utiliser dans tous vos organes.

Ce processus consiste à ajouter des atomes de carbone à la molécule d'AAL, jusqu’à atteindre 20 et 22 carbones.

Protection des artères et du cœur

En ajoutant deux atomes de carbone à l'AAL, le corps fabrique de l'acide eicosapentaénoïque (AEP). L'AEP se transforme ensuite en eicosanoïdes de série 3, des substances qui contribuent à la protection des artères et du cœur et qui ont des effets anti-inflammatoires et anti-allergiques reconnus.

En ajoutant quatre atomes, votre corps fabrique de l'acide docosahexaénoïque (ADH). L’ADH joue un rôle fondamental dans le développement du cerveau et de la rétine ainsi que dans la formation et la mobilité des spermatozoïdes.

Mais pour pouvoir faire ces ajouts de carbone, votre corps a besoin d'une enzyme, la delta-6-désaturase.

Et malheureusement, en vieillissant votre corps produit de moins en moins de delta-6-désaturase.

La réalité est que, peu à peu, votre corps ne métabolise plus les oméga-3 AAL que vous prenez dans votre nourriture.

C'est là qu'il devient capital de manger directement de l'AEP et de l'ADH. Or, l'AEP et l'ADH ne se trouvent que dans certaines graisses animales et dans certains compléments alimentaires coûteux à base d’algues rares.

Le delta-6-désaturase est également perturbé par un niveau important d'insuline, une situation qui touche un très grand nombre de personnes dans nos pays, en fait la majorité des personnes adultes qui continuent à manger trop de glucides, qui ne font pas de sport ou qui sont touchées par le diabète. Vous pouvez être quasiment sûr que vous avez trop d'insuline si vous êtes en surpoids, si vous avez du diabète, un taux de cholestérol élevé ou de l'hypertension.

Les meilleures sources d'AEP et ADH sont les poissons gras et les crustacés. Attention de choisir cependant les animaux qui se trouvent le plus bas possible dans la pyramide alimentaire, c'est-à-dire en général les plus petits (anchois, sardines plutôt que thon et saumon). Car les plus gros contiennent aussi beaucoup de polluants comme le mercure ou les dioxines.

Bien que présents à tous les échelons de la chaîne alimentaire, ils sont en concentration beaucoup plus forte chez les animaux qui se sont nourris d'animaux qui se sont nourris d'animaux, etc., un grand nombre de fois (bio-accumulation). (la suite ci-dessous)

Annonce spéciale


Les solutions naturelles pour prévenir et soigner arthrose, diabète, infarctus, AVC...

Si vous souhaitez en apprendre plus sur les nouvelles thérapies, regardez cette vidéo. Rien que dans la première partie, vous y découvrez les solutions naturelles pour prévenir et soigner arthrose, diabète, infarctus, AVC...


Suite de la lettre de ce jour :

Quelle quantité prendre ?

En 2004, un comité réunissant des experts internationaux a fixé l’apport idéal en AAL à 0,7 % des kilocalories quotidiennes, soit 1,5 g par jour pour une alimentation fournissant 2 000 kilocalories.

Ces experts recommandent également un apport minimal de 500 mg par jour d’AEP/ADH pour le maintien d’une bonne santé cardiovasculaire [1].

Toutefois, ces recommandations n'ont pas tellement de sens à mon avis, car tout dépend de votre niveau d'absorption des oméga-3, qui varie fortement selon leur forme.

Attention cependant car les huiles de poisson, et notamment celle de foie de morue, sont encore plus fragiles et instables que les huiles végétales. Faites très attention qu'elles ne soient pas grillées et rances.

Pour obtenir 1,3 g d'oméga-3 d'origine végétale (AAL)

Pour obtenir 1,3 g d'oméga-3 d'origine marine (AEP+ADH)

 

1/2 c. à café (2 ml) d'huile de lin

2 c. à café (10 ml) de graines de lin broyées

2 c. à café de graines de chia

1 c. à soupe (15 ml) d'huile de colza

1/4 tasse (60 ml) d'huile de noix

1 1/2 c. à table (22 ml) d'huile de soja

13 g de graines de chanvre

 

50 g de maquereau de l’Atlantique

65 g de saumon Atlantique d’élevage

80 g de saumon rose ou rouge en conserve

80 g de hareng de l’Atlantique ou du Pacifique

130 g de thon blanc ou germon en conserve

130 g de sardines en conserve


Sources : USDA National Nutrient Database for Standard Reference.

D'autre part, il est important d'avoir un bon équilibre entre oméga-3 et oméga-6.

Nous n'avons pas parlé des oméga-6 car ils sont très abondants dans notre alimentation et il est quasiment impossible d'en être carencé aujourd'hui. Cela parce qu'ils sont présents dans les huiles de tournesol, de pépins de raisins, de maïs et de soja, massivement utilisées dans l'alimentation moderne, mais aussi dans les céréales, les viandes ou les produits laitiers.

Néanmoins, il faut savoir qu'il faut consommer des oméga-3 et des oméga-6 dans un rapport qui va de 1/1 à 1/4 environ. Mais la plupart des gens sont dans un rapport plus proche de 1/30. Si vous consommez beaucoup d'oméga-6, vous avez donc intérêt à augmenter d'autant votre consommation d'oméga-3.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

******************************
sources :


[1] International Society for the Study of Fatty Acids and Lipids (ISSFAL) Recommendations for Dietary Intake of Polyunsaturated Fatty Acids in Healthy Adults, July 2004. Natural Healthcare Hub

******************************

Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

La Lettre Santé Nature Innovation est un service d'information gratuit de Santé Nature Innovation (SNI Editions).
Pour toute question, rendez-vous ici.

Service courrier : Sercogest, 60 avenue du Général de Gaulle, 92800 Puteaux - France

******************************

Les Oeufs

 

 

 

Neuf raisons de manger des œufs (la 3e est ma préférée)

Chère lectrice, cher lecteur,

Un œuf contient tous les nutriments nécessaires pour changer une seule cellule en un poussin.

Un poussin complet, vivant, avec son squelette, ses entrailles, ses yeux, son sang, et même les plumes et le bec !

Sans aucun apport extérieur autre qu'un peu d'oxygène qui traverse la coquille.

N'est-ce pas inimaginable ??

Comment la nature accomplit-elle ce prodige ?

Juste à partir du blanc et du jaune d'un seul œuf, qui aurait pu terminer dans une poêle pour faire un seul œuf au plat ??

Personnellement, j'ai beau me le répéter, je n'arrive pas à m'y faire.

Mais si vous interrogez un nutritionniste, il vous expliquera que ce n'est pas si étonnant que cela.

Car l'œuf est vraiment l'aliment le plus complet qui soit.

Toutes les protéines

L'œuf est considéré comme l'aliment parfait par l'OMS (Organisation mondiale de la santé) et la FAO (Food and Agriculture Organization) en terme de contenu en protéines.

Tous les acides aminés essentiels sont présents dans l'œuf, et dans les proportions idéales. Cela veut dire que vous pourriez vivre parfaitement en mangeant des œufs comme unique source de protéine.

Et vous n'auriez aucun risque de carence.

De bons apports en protéines vous aident à augmenter votre masse musculaire [1], perdre de la masse grasse [2], diminuent la pression sanguine [3] et renforcent la santé des os [4].

Une pluie de vitamines

Un œuf contient de la vitamine A, B2, B5, B6, B9, B12, D, E et K.

C'est un des aliments les plus complets qui soient en vitamines.

Beaucoup de choline

Le jaune d'un œuf contient 100 mg de choline.

La choline est un nutriment largement ignoré du grand public, mais qui est totalement essentiel.

Elle joue un rôle biologique fondamental en tant que donneur de groupes méthyles, et sert de précurseur à la S-adénosylméthionine (une substance souvent utilisée pour traiter l'arthrose).

La vaste majorité de la population ne consomme pas suffisamment de choline. Le spécialiste Steven Zeisel a déclaré :

« Une récente analyse des données du NHANES 2003-2004 a révélé que chez les enfants (à l'exception des plus jeunes), les hommes, les femmes (y compris les femmes enceintes), les apports moyens de choline sont largement en dessous des niveaux adéquats. [5] »

Manger des œufs permet de remédier à cette carence.

De bonnes graisses

Un gros œuf contient 5 grammes de bonnes graisses.

Enfin, à vrai dire, la qualité de ces graisses dépend avant tout de la façon dont les poules sont élevées et nourries.

Bien souvent aujourd'hui, les citadins imaginent qu'une bonne poule doit être élevée au grain, et en particulier au maïs.

C'est une hérésie.

La poule est omnivore : bien qu'elle n'ait pas de dents, c'est bien connu, elle adore la viande, les vers, les insectes en tout genre, qu'elle trouvera dans le sol si du moins on la laisse gambader à l'air libre. Elle mangera aussi de l'herbe, des feuilles.

Ce mode de vie et cette alimentation contribueront à la formation de bonnes graisses dans l'œuf, les acides gras oméga-3, et plus encore si l'éleveur a la bonne idée de donner à ses poules des graines de lin ou de l'huile de poisson. Dans ce cas, l'œuf sera encore plus riche en oméga-3.

Les études montrent que manger des œufs riches en oméga-3 est un moyen très efficace de réduire le niveau de triglycérides dans le sang [6]. Les triglycérides sont un facteur bien connu de maladie cardiaque [7].

De la lutéine et de la zéaxanthine, pour les yeux

Une des conséquences du vieillissement est que la vue se dégrade.

Il existe plusieurs nutriments qui aident à contrer ce processus de dégénération qui touche vos yeux.

Parmi eux, les plus remarquables sont la lutéine et la zéaxanthine, de puissants antioxydants qui ont tendance à s'accumuler dans la rétine de l'œil [8].

Les études montrent que des apports adéquats en ces nutriments peuvent réduire de façon significative le risque de cataracte et de dégénérescence maculaire liée à l'âge [9].

Les jaunes d'œufs contiennent de grandes quantités de lutéine et zéaxanthine.

Dans un essai contrôlé, la simple consommation de 1,3 jaune d'œuf par jour en moyenne pendant 4 semaines 1/2; a entraîné une hausse du niveau de lutéine de 28 à 50 % et de la zéaxanthine de 114 à 142 % [10].

De plus, les œufs sont riches en vitamine A qui joue elle aussi un rôle important pour la vue.

Les œufs ne font pas monter le cholestérol

Les œufs sont victimes d'une diffamation aussi injuste qu'idiote.

Ils ont été accusés de donner du cholestérol, et c'est la principale raison pour laquelle on prétend qu’il ne faudrait pas en manger plus de 3 à 4 par semaine [11]. Les plus audacieux recommandent jusqu'à 6 par semaine [12].

Et moi je vous dis : mangez-en autant que vous voulez, jusqu'à 3 par jour, sauf si vous êtes diabétique, et sauf si vous souffrez d'une hypercholestérolémie familiale génétique.

Il est vrai qu'un œuf contient 212 mg de cholestérol, ce qui est plus de la moitié de l'apport journalier recommandé en cholestérol (300 mg).

Mais il faut savoir que le cholestérol alimentaire a très peu d'influence sur le cholestérol sanguin.

80 % du cholestérol dans votre sang est fabriqué par votre foie.

De plus, la réaction au cholestérol alimentaire varie beaucoup d'une personne à l'autre :

  • chez 70 % des gens, les œufs n'augmentent pas du tout le taux de cholestérol ;
  • chez les autres, ils augmentent légèrement le taux de cholestérol HDL.

Cela peut paraître inquiétant si l'on fait partie des 30 %.

Mais en fait, pas du tout : les personnes qui ont un taux élevé de cholestérol HDL ont moins de risques de maladie cardiaque, AVC et autres problèmes de santé [13].

Chez les personnes souffrant de syndrome métabolique (diabète, obésité), manger des œufs quotidiennement a amélioré le profil sanguin de lipides et la sensibilité à l'insuline [14].

Les œufs sont bon marché

Les œufs ne sont pas chers. Leur prix au kilo est inférieur à celui de la plupart des viandes et des poissons.

Les œufs donnent une impression de satiété

Les œufs ont un fort pouvoir de satiété.

Dans une étude sur 30 femmes en surpoids, le fait de manger des œufs au petit-déjeuner leur a permis de mieux contrôler leur appétit.

Sans aucun effort, elles ont automatiquement réduit leur consommation de nourriture dans les 36 heures qui ont suivi, en comparaison de celles qui avaient mangé du pain [15].

Les œufs sont bons !

Les œufs sont délicieux à manger seuls et s'accommodent de multiples préparations.

Leur teneur en bonnes graisses font qu'ils s'imprègnent facilement de tous les parfums que vous leur ajouterez pendant la cuisson : champignons, oignons frits, bacon, poivron grillé, poivre.

L'important, c'est de se régaler. Et vous savez maintenant que vous pouvez le faire sans aucune arrière-pensée.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

******************************

Prenons du recul pour préparer l'avenir

La lettre du Professeur Joyeux
Partagez sur Twitter Partagez sur Facebook Partagez sur Wordpress Partagez sur Google + Partagez sur Youtube
La Lettre du Professeur Joyeux est un service d'information indépendant sur la santé, spécialisé dans la prévention des maladies auprès du grand public et des familles. Rendez-vous ici pour vous inscrire gratuitement (vous pouvez vousdésinscrire en vous rendant ici). 

Prenons du recul pour préparer l'avenir

Chers amis de la santé 

Je suis admiratif de votre fidélité. Vous êtes près de 600 000 à recevoir ma lettre chaque semaine.

De mon côté, je reçois un fort courriel et réponds prioritairement à ceux qui sont le plus atteints dans leur corps. 

Il ne s’agit pas de consultation mais de conseils pour vous guider dans les méandres complexes et souvent inquiétants de la médecine moderne. 

Souvent l’on me demande ce qui m’anime, ce que je fais de mes journées, quand je pourrai reprendre mes consultations officiellement, sans être entravé par quelque ministre ou structure officielle comme le conseil de l’Ordre des médecins. 

Tout cela va se résoudre et je pense pouvoir être opérationnel pour consulter dès le début de l’année 2016. 

Je réponds positivement – selon un emploi du temps fort chargé – aux nombreuses conférences qui me sont demandées en France comme à l’étranger, sur des sujets aussi divers que :

  • Nutrition et prévention des maladies de civilisation

  •  L’agriculteur, premier acteur de notre santé

  • Tout savoir pour éviter Alzheimer et Parkinson

  • Les vaccins : comment s’y retrouver sans perdre la santé ?

  • Les produits de la ruche pour notre santé

  • Les 10 paradoxes méditerranéens

  • Notre système immunitaire, quelle merveille !

  • L’alimentation des enfants

  • Comment parler à nos enfants de la santé, de l’amour et de la sexualité en respectant le jardin secret de chacun

Et même une conférence sur « Les messages très actuels de l’Emir Abd-El-Kader » à partir de la lettre qu’il a adressée le jour de la Pentecôte 1855 à tous les Français. 

Tout cela est cohérent. 

En effet, je veux moi-même voir clair dans ce monde difficile. En tant qu’homme de santé, j’essaye d’élargir mon regard et, humblement, de faire savoir ce qui me paraît bon et juste pour la santé globale de tout notre être : le corps, l’esprit, notre part affective si importante et la fine pointe de nos profondeurs conscientes et inconscientes, l’âme. 

Cette semaine, je souhaite réfléchir avec vous à partir de trois livres récents que j’ai lus et annotés tant ils permettent d’avoir recul et lucidité sur la société dans laquelle nous évoluons et le monde tel qu’il est devenu. 

Je ne suis pas d’un naturel pessimiste, plutôt optimiste, joyeux 24 heures sur 24 comme je le dis souvent, mais mon métier de chirurgien du cancer m’a appris à être réaliste. 

Voici donc les titres des trois ouvrages qui m’ont beaucoup apporté et que j’ose vous recommander. Evidemment, ce ne sont pas des romans. Ils se lisent plutôt un crayon à la main. 

Avant, je vous livre ici deux informations importantes qui peuvent vous intéresser :

Le samedi 14 novembre, j’organise avec des collègues, à Agen, une nouvelle journée sur le thème de la Médecine du futur. Nous traiterons de ces deux fléaux sociaux que sont les cancers du sein et de la prostate – leur prévention et celle des récidives – et de l’intérêt des produits de la ruche pour votre santé.

Si vous êtes intéressé : information et Inscription uniquement sur le sitewww.atoutcom.com


Pour la deuxième année aura lieu à Athènes, du 10 au 18 novembre 2015, une sessionPhiloxenia, rencontre culturelle et spirituelle à l'une des sources de notre civilisation, entre Orient et Occident.

Cette rencontre est à l’initiative d’une équipe de jésuites et de laïcs. Philoxenia est une sorte de réponse aux défis actuels qui traversent l’Europe. En plus des actions que nous pouvons mener chacun à notre place, il est bon de réfléchir au delà de nos propres limites. Je ne peux que vous encourager à y participer.

Pour plus d’informations : www.philoxenia.net


Voici enfin les trois livres qui ont nourri mes réflexions : 

  • « L’Homme dévasté », du grand philosophe Camusien, un grand ami, Jean-François Mattéi (Ed. Grasset 2015) 

    Malheureusement, nous avons perdu Jean-François Mattéi trop rapidement. Il nous a laissé ce livre posthume, un vrai testament philosophique à méditer. 

    Jean-François Mattéi constate « la destitution de la conscience qui n’est plus qu’un atoll perdu dans le flux océanique de l’inconscient ».

    Le philosophe montre que « le monde privé de direction et de navire a perdu le sens de son étrave car il ne suit plus aucun cap ». Il contemple avec étonnement « la foule amorphe et les yeux qui ont perdu le pouvoir de regarder ». Je retiens aussi cette phrase : « l’homme identifié non plus à son âme, mais à son corps ». 

  • « Le Règne de l’homme – Genèse et échec du projet moderne », de Rémi Brague (Ed. Gallimard 2015) auteur de la Sagesse du monde et de La Loi de Dieu  

    « La dernière arrogance de l’homme est de s’imaginer qu’il n’y aurait rien au-dessus de lui » 

    Ce livre est la meilleure source que je connaisse qui amène l’homme à réfléchir sur son existence, sa longue trajectoire de l’Antiquité à nos jours. Il convoque aussi bien la philosophie que la littérature, il nous met face à nous-même et ouvre des perspectives à partir de nos angoisses, de nos désillusions et de nos échecs. 

  • La Quête spirituelle hier et aujourd’hui, de Jacques Arènes (Ed. Cerf 2011) 

    Dans ce livre, ce psychologue et psychanalyste évoque tour à tour « le hors piste spirituel » et « la rumeur de Dieu dans le monde désenchanté ». Il rappelle que « la valeur principale ne vient pas dans le fait d’être aimé, mais d’aimer soi-même » et s’étonne voir une société autant en « en recherche de soi et en quête de sens ». 

À ceux qui me reprocheraient de trop spiritualiser la santé, j’ose dire que le refus du spirituel, aussi important et légitime que sa recherche, doit être vraiment libre et argumenté. 

Très belle semaine à tous. 

Professeur Henri Joyeux 



Si vous n'êtes pas encore abonné à La Lettre du Professeur Joyeux et que vous souhaitez vous aussi la recevoir gratuitement, inscrivez-vous ici 



Pour être sûr de bien recevoir La Lettre du Professeur Joyeux sans qu'elle se perde dans votre boîte de messagerie électronique, visitez la page suivante



Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.